Les Plantes Sauvages de la Detox

Publié par Camila PRIOLI, le 13/04/2015

Au printemps, le corps a besoin de s’alléger.

Nous ressentons le besoin de nous débarrasser des toxines accumulées et parfois des quelques kilos pris en hiver.

Notre corps est un écosystème, et malgré ses grandes capacités d’adaptation – la mondialisation et la consommation d’aliments d’origines de plus en plus diverses et parfois très lointaines – il reste très lié à l’écosystème de l’environnement dans lequel il vit (ses rythmes, ses saisons, les plantes qui poussent autour de lui).

Plusieurs cures, notamment en ampoules mais aussi en gélules combinent des plantes endogènes françaises (et européennes) dont les propriétés detoxinantes et detoxiquantes sont très intéressantes pour un organisme encrassé dont les fonctions et le métabolisme sont ralentis tout occupés qu’ils sont à nettoyer notre corps de ses toxines et à maintenir son équilibre par l’élimination de celles-ci par les principaux émonctoires que sont le foie, les reins, les intestins, la peau…

La surconsommation alimentaire, les excès en tous genres et le stress laissent peu de répit à nos émonctoires et la gestion des toxines devient alors difficile pour notre organisme : les toxines s’accumulent et nous sommes de plus en plus fatigués, notre peau de ternit, notre système immunitaire est moins performant.

Beaucoup de plantes sauvages qui poussent au printemps dans nos contrées (et sont pour la plupart très courantes) : pissenlit, plantain, ortie, ail des ours, oseille…ont de merveilleuses propriétés detox (comprendre ici detoxinantes et détoxiquantes).

Elles ont l’avantage de pousser un peu partout quand les conditions s’y prêtent.

Elles sont relativement communes, facilement reconnaissables et nul besoin d’investir dans des préparations coûteuses, il suffit de les cueillir.

À nous, pestos d’ail des ours* : aux vertus similaires de l’ail mais plus douce au goût.

L’ail des ours (lorsqu’il est consommé cru) est très riche en vitamine C. C’est un excellent chélateur combiné avec de la coriandre ou de la chlorelle en poudre et est très utile en cas d’intoxication aux métaux lourds (cadmium, mercure, plomb, aluminium…) très présents en milieu urbain. Sans oublier sa saveur délicieuse!

Pestos d’ortie : dépurative (grâce à ses propriétés alcalinisantes (maintien de l’équilibre acido-basique), elle favorise l’élimination rénale et hépatique des toxines, reminéralisante, rééquilibrante intestinal. Elle a une très forte densité nutritionnelle (très riche en protéines, vitamine C, calcium. C’est également un anti-inflammatoire puissant.

Salades sauvages detox en combinant :

– feuilles d’ail des ours

– plantain lancéolé (au goût de champignons) choisissez les feuilles les plus jeunes qui sont plus fines et moins nervurées. Anti-inflammatoire, purificateur sanguin, diurétique et circulatoire, il facilite l’élimination des toxines.

pissenlit, amer au goût, mais excellent pour le foie, qu’il apaise, désengorge et stimule. Il élimine les graisses accumulées autour du foie et les toxines qui se stockent dans celles-ci). Il a aussi des propriétés dépuratives, diurétiques (lutte contre la rétention d’eau). Pour un effet optimisé, il est intéressant de le combiner avec du radis noir pour son effet détox et minceur.

oseille sauvage (appelée aussi oseille des prés) très acidulée, riche en chlorophylle, vitamines C et E et provitamine A. Elle et très riche en zinc, oligoélément essentiel pour le bon fonctionnement de la thyroïde et de l’insuline, en accélérant le métabolisme, il facilite la combustion des graisses.

Ajoutez un peu d’huile d’olive (bio et extrait à froid et un peu de jus de citron bio également) ou de vinaigre de cidre (non pasteurisé pour ses apports enzymatiques).

Veillez à bien choisir votre « spot » de ramassage, le plus loin de la route et dans des prairies.

* afin d’éviter toute confusion entre ail des ours et autres plantes toxiques dont certaines mortelles (colchique d’automne, arum ou muguet) il faut frotter les feuilles les unes contre les autres et s’assurer qu’elles sentent bien l’ail. En cas de doute consultez votre herboriste.

Bonne cueillette sauvage !

Commentaires

Laissez votre commentaire